• projetespoirvert

L'AVENTURE D'UN PROJET

Soudain et venant de nulle part, une lumière. Une fulgurante pensée nous traverse. Sans crier gare, une idée vient bouleverser notre vision de l’avenir. Que dois-je en faire ? Le dire ? Le garder pour moi ?

Souvent, trop souvent, nos éclats d’idées, nos lumières d’espérances demeurent en nous, et pour nous seul. C’est impossible me répète une voix. C’est trop grand me dit une autre. Tu n’en es pas capable me chuchote-t-on encore.

Et parfois, une de ces lumineuses idées sort de notre intériorité. Quelle curiosité nous ressentons alors, l’Idée prend corps, elle existe. Surtout, elle ne nous appartient plus, elle est partagée. Elle devient une responsabilité, une promesse que l’on se fait de soi à soi ou de soi aux autres.

De l’idée, une discussion, une écriture sur un papier, une promesse que l’on se fait : on ira jusqu’au bout.

Et quel chemin pour arriver jusqu’au bout. Innocente, pleine d’espoirs et de promesses au départ, l’idée est soumise aux vents et aux tempêtes, aux mots et aux jugements, aux pas en avant et en arrière, à la froide et rigide réalité. Quelle difficulté de rester alors debout, fixé vers cet objectif. Quelle difficulté de sentir cet espoir des débuts.

Les peurs s’engouffrent, le cœur vacille. A quoi bon réaliser ce projet ? Pourquoi avoir seulement partager cette idée ? Comment gravir cette montagne qui semble insurmontable ? Suis-je seulement capable de la gravir ? Le projet est-il fait pour moi ? Est-il trop ? N’ai-je pas trop rêvé ?

Entre joie et déception, entre bonne nouvelles et coup de massue, entre espoir et réalité, entre doutes et certitudes un projet c’est avoir le cœur bien accroché dans des montagnes russes quotidiennes.

Vouloir réaliser un projet, c’est être confrontée à soi-même, à ces peurs, à ces angoisses. C’est tenter de continuer d’avancer quand les peurs nous attirent dans l’autre sens. Vouloir réaliser un projet est chose la plus complexe et la plus précieuse que l’on peut s’offrir.

Mais réaliser un projet c’est aussi avancer, envers et contre nos peurs, nos doutes, nos incertitudes. Conserver les rêves que l’on avait, et les espoirs des débuts pour ne pas lâcher. Et lorsque la peur guette, se souvenir de ce moment initial de lumière, des joies et des fiertés rencontrées, de nos proches qui nous montrent que tout est possible. C’est cristalliser les moments de joie et de bonheur, les ressentir encore plus intensément. Chaque pas, aussi minuscule soit-il est une joie intense qui nous rapproche de la réalité de l’idée. Coûte que coûte s’accrocher à son rêve.

Finalement, réaliser un projet c’est vivre intensément les joies et les doutes. C’est grandir, beaucoup. C’est oser croire qu’une idée mérite d’être réalisée. C’est oser croire en soi. C’est crier l’espoir envers et contre tout.

16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

RÉSILIENCE

Bon... on s’étaient préparées à la possibilité d’un retour. On ne voulait pas le voir mais nous y voilà. Il devient impossible de se déplacer en France, en Pologne, en République Tchèque, en Belgique,